L’abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, est à l’origine d’un Mouvement qui rassemble aujourd’hui près de
18 000 personnes. Prêtre original, longtemps personnalité préférée des Français, il a su créer un Mouvement fondé sur une intuition inédite.
En 1949, l’abbé Pierre est appelé auprès d’un ancien bagnard qui vient de faire une tentative de suicide, et, devant son désarroi, il lui dira cette phrase fondatrice pour le Mouvement Emmaüs : « Je ne peux rien te donner. Mais, toi qui n’as rien, au lieu de mourir, viens m’aider à aider ».
Puis une vie communautaire s’organise dans la maison qu’il a achetée à Neuilly-Plaisance, autour de l’activité de chiffonnier… Une activité toujours centrale chez Emmaüs ! Après les ravages de la guerre, les rigueurs de l’hiver 1954 tuent. Dans ce contexte de grave pénurie de logements, l’abbé Pierre lance un célèbre appel sur les ondes de Radio Luxembourg. C’est le point de départ de ce qu’on appellera « l’insurrection de la bonté ». Aujourd’hui, 60 ans après cet appel et cet élan de solidarité, le Mouvement Emmaüs reste fidèle à son fondateur et poursuit, jour après jour, son combat.

NOS VALEURS

Le Mouvement Emmaüs a su développer des solutions originales autour de valeurs fortes comme l’accueil, la solidarité et le travail.

L’ACCUEIL

Quels que soient son parcours, son origine, sa situation administrative ou sa religion, toute personne qui se présente dans un groupe Emmaüs est accueillie dans le strict respect de sa liberté et de sa dignité. La spécificité de l’inconditionnalité de l’accueil au sein du Mouvement Emmaüs implique l’accueil des personnes sortant de prison, des migrants sans-papiers et de toute personne qui frappe à notre porte. Un premier accueil qui s’accompagne le plus souvent d’un hébergement et d’un accompagnement social.

LE TRAVAIL

Accueillir une personne en difficultés, c’est lui permettre de retrouver une dignité et une place dans la société par le biais notamment de l’activité. A son arrivée, dans une communauté, dans un comité d’amis ou dans une structure d’insertion, la personne est placée en position d’acteur d’un projet, impliquant la mobilisation de ses capacités, quelles qu’elles soient.

L’INTERPELLATION

Fidèle aux célèbres « coups de gueule » de son fondateur, le Mouvement Emmaüs se mobilise régulièrement pour interpeller les citoyens et les pouvoirs publics face aux situations d’exclusions intolérables. Parce que l’exclusion n’est pas une fatalité et que des solutions existent, comme le démontre au quotidien l’action d’Emmaüs, il est nécessaire de faire entendre notre voix. C’est parce nous sommes encore capable d’indignation que nous continuerons d’innover, d’agir, et pourrons espérer faire reculer l’exclusion.

LA SOLIDARITÉ

En dirigeant tout ou une partie du fruit de l’activité des personnes vers la solidarité, le Mouvement Emmaüs promeut un modèle alternatif où le travail ne constitue pas un asservissement, mais au contraire une possibilité d’accéder à la liberté d’être soi en aidant les autres. Et cette solidarité s’organise à tous les échelons : au local, au national, et à l’international !

UN MOUVEMENT INTERNATIONAL

Entre 1959 et 1960, l’abbé Pierre mène une série de conférences à travers le monde.
Sur son passage, des communautés se forment en Amérique du Sud, en Europe du Nord, en Asie, en Afrique. Afin de faire le lien entre tous les groupes Emmaüs dans le monde, Emmaüs International est créé en 1971, lors d’une assemblée constituante qui se déroule à Montréal. Aujourd’hui, 337 groupes, répartis dans 37 pays aux quatre coins du globe, travaillent avec et pour les plus pauvres, afin de lutter contre les causes de l’exclusion, dans des contextes économiques et politiques très divers. Plus d’informations sur le site d’Emmaüs International.

> Centre Abbé Pierre Emmaüs (CAPE).

Print Friendly